• Momo dealer chauffagiste par G.M.Neoletto 1/2

    Momo dealer-chauffagiste par G.M.Néoletto 1/2

    <?xml:namespace prefix = o ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:office" /><o:p> </o:p><o:p> </o:p>

    A l'époque je dealais à la Cité Léonide Brédz-Néfles à Quimper c'est le fief des Mokrani, ils viennent de Casa.  Avec l'aîné Katoubi on était très  pôte. Il m'avait même prêté une fois sa Merko 960 SL, il disait qu'il y avait que le roi du Maroc qui avait la même. A l'intérieur c'était tout en cuir de canari, c'est encore plus chère que l'autruche, rien que pour une bagnole il faut 42589 canaris mais c'est trop la classe, c'est lisse comme une capote lubrifiée, un peu emmerdant dans les virages où on fait zuiiip ! zuiiip ! Mais mauve et jaune  avec les flammes vert pomme comme ça ouais elle jetait un max. C'est lui aussi qui m'a repassé la foi, un jour il m'a dit :

    -Momo tu peux pas continuer à zoner comme ça tu dois faire quelque chose de ta vie, le Retentissant t'a pas mis sur terre pour rien foutre !

    -Tu crois Katoub ?

    -Comme je te dis, ce soir tu vas aller à la mosquée et tu verras le saint homme...

    Le saint homme c'était son frangin Meklouf qu'avant son départ pour la Bosnie on appelait Meklouf le louf parce qu'il butait tous les chats qu'il trouvait à cause que le prophète les aimait pas parait-il. Mais depuis son retour il s'était vachement calmé ... avec les chats, même si ça le reprenait parfois. Maintenant son truc c'était la guerre sainte, c'était l'imam de la mosquée Al Savashié de notre cité, il était entré chez les Frères (les frères musulmans) et il balançait tous les deux jours une fatwa contre Monsieur El Kawa qui tenait la supérette parce qu'il vendait encore du porc, fumait des gauloises et traitait les barbus de petits enculés prétentiards, il faut dire qu'il les aimait pas les FM because il était égyptien et que là-bas il disait qu'ils avaient bien foutu la merde.

    Entre deux fatwas ça l'empêchait pas de s'occuper aussi du service après-vente pour les portables, les scooters, les flingues et tous les trucs que Arzim un autre Mokrani vendait dans la cité.

    Les armes le saint homme il s'y connaissait vachement, il pouvait démonter une kalachnikov rien qu'avec la langue et les dents rapport à son entraînement en Bosnie mais moi je préférais aller chez Darty et pas leur acheter trop de trucs parce que pour la garantie ils étaient pas très larges les Mokrani Bros et ils sortaient tout de suite les ya dés qu'on essayait de passer derrière le comptoir ou de réclamer.

    Tout ça pour dire que causer avec Meklouf le louf ça me disait trop rien :

    -Tu crois vraiment que c'est nécessaire Katoub.

    -On peut pas vivre sans religion c'est haram et toi t'as pas de religion ?

    -Ben je sais pas je m'en suis pas trop occupé, ma mère a pas voulu me faire baptiser par le curé pasqu'elle a dit que comme ça je choisirai mieux quand je serai grand !

    -Sûr qu'elle aura confondu avec le catalogue de La Redoute. Bon on attendant je vais te trouver une occupation

    Katoubi il faisait du discount de shit, c'était l'Edouard Leclerc du shit il fournissait même les caddys à l'entrée des caves il avait fait des études d'économétrie pratique à la Lonedonne Biziness Scoule et d'afghani balistique à la Peshmerga University of Kabul.

    Avec les stocks qu'ils avaient les Mokrani ils risquaient pas de manquer. Un jour où ils avaient eu un gros arrivage du Maroc c'était leurs oncles qui cultivaient  le shit au pays, ils ont réquisitionnés toutes les caves de la Cité pour entreposer leur came, il a fallu que tout le monde débarrasse  sa cave et remonte ses affaires, ça a duré tout l'après-midi, personne a protesté et même le flic du bâtiment 6 H il a fait comme les autres. Pour dire s'ils sont respectés les Mokrani.

    <o:p> </o:p>

    Et c'est comme ça que j'ai commencé à  aller à la mosquée le soir  et à dealer l'après-midi, Katoub m'avait trouvé une place dans un bistrôt prés du collège  Philippe Delerm.

    Moi j'ai un CAP de plombier chauffagiste, enfin je l'ai raté, dont deux fois de peu, mais comme artisan–dealer je suis « autodidak » comme ils disent à la chambre des métiers, faut dire que le bizness ça m'a tout de suite plu je me suis fait une clientèle chez les p'tits bourges, ces petits pédés qui écoutent du Carla Bruni ( ch'ais pas comment ils font moi j'entends rien quand elle chante) achètent des jeans neufs déjà tachés et troués et militent écolo en dégonflant des pneus.

    C'est sûr y a des trucs que je ferais pas comme trafiquer des cigarettes, ça c'est vraiment dégueulasse mais la drogue c'est pas pareil, c'est le progrès, c'est moderne, y a qu'à voir y n' ont prennent tous à la Tévé, une fois j'ai même servi une startévé de passage à Quimper, Jean-Luc Hardiçon il venait faire une animation pour l'inauguration d'un Shopi et il était à court, il m'en a tellement pris que le coffre de son quat-quat était plein'il a fallu que j'aille au réassort en urgence, heureusement ce coup ci je l'avais pas coupé, je me suis dit qu'il allait peut-être me faire de la pub à Paris, je voulais le mettre sur la camionnette comme les épicemards ils font chez les britiches avec la reine d'Angleterre dés qu'ils lui ont refilé une livre de pommes mais Katoub y m'a dit qu'il valait mieux pas.

    Les affaires ça marchaient bien, je me suis acheté une camionnette et avec Josy ma fiancée on s'est loué un petit pavillon.

    J'avais ma clientèle, je payais les taxes, quand même qu'est-ce qu'y nous prennent, j'avais même pris deux compagnons que la chambre des métiers m'avait envoyés pour les former au métier de dealer demi-gros/ détail.

    Oh la vie était pas non plus facile, on a eu des problèmes avec Josy, la vie d'un artisan c'est pas facile de nos jours avec les règlements qui changent tout le temps un exemple avant on faisait dans le cannabis c'était notre spécialité alors vous imaginez les problèmes  quand on a eu quand il a fallu passer à la coke à cause de la dépé (dépénalisation) du cannabis, on était pas trop bien formé on en vendait bien un peu, aux parisiens de passage surtout comme j'espliquais mais sinon ici on en avait pas la vente les bretons y préférent se mettre dans le nez l'air du large, en plus y fallait s'équiper pour être aux normes européennes, là encore le syndicat et les fournisseurs nous ont aidés, y nous ont envoyés de la doc technique mais c'était en colombien pasque les Mokrani ils s'étaient associés avec des colombiens, la coke y faisaient pas ça au bled.

    Enfin grâce à la préfecture on a eu droit à des subventions de réorientation-formations, aussi on a bossé de not' côté faut pas croire et c'est comme ça que j'ai eu le label Qualicoke et Snifelec, bon le shit ça se vend toujours comme produit d'appel prés des maternelles mais on fait plus rien dessus.

    Sinon mon plus gros client  celui qui m'en prenait le plus c'était un copain d'enfance Jean-Claude Merguéze, enfin un copain, je l'avais connu à l'école, on a avait été tout mômes ensemble mais lui ses parents y z avaient de la thune, je l'avais toujours détesté pour ça et aussi pasqu'il était premier partout, les autres lui cassaient souvent la gueule à la récré et moi non mais par paresse alors il m'avait pris pour son copain. Maintenant il avait viré bouddhique, il écrivait des poésies, faisait des bouquins  inutiles et jouait le concerto pour piano de Mozart à longueurs de journée, il avait jamais travaillé de sa vie ce mec-là, pourtant les profs disaient qu'il était promis à un bel avenir ! Un parasite quoi. Moi je suis peut-être qu'un petit artisan dealer mais je suis un travailleur, le taf ça me fait pas peur.

    Je me foutais bien de sa gueule, qu'est-ce qu'il a pu se mettre dans le nez grâce à moi, je lui coupais sa came avec tout ce que je trouvais, du débouche-chiottes à la poudre à récurer, n'importe quoi qui me tombait sous la main et chaque fois qu'on se voyait il me souhaitait un avenir des plus « propitiatoires » et des conneries comme ça, moi je pensais qu'il se foutait de moi et je lui rongeais un peu plus la tronche, et le plus marrant c'est qu'il venait me supplier encore de lui en refiler.

    Il a perdu ses vieux, à la fin il était pas beau à voir, c'est marrant pasqu'à la tévé ça leur réussit plutôt la drogue, bon de temps en temps y en a bien un  de présentateur vedette qui se met en torche, viole une hôtesse de l'air ou détourne un car de CRS, mais je veux dire ils présentent bien quand même et ben lui c'était tout le contraire il perdait ses dents, il maigrissait même des oreilles, pourtant il était pas bien vieux, mon âge quoi : 28 ans maximum. Un matin on l'a retrouvé cané, tout seul dans son grand pavillon de banlieue, parait qu'il était cardiaque en plus, et ça de tout môme, le lendemain j'ai reçu une lettre de lui, enfin une lettre juste un mot c'était écrit : « Je te souhaite un avenir des plus pouacres ! »

    Au début je m'en ai foutu de sa bafouille, j'avais mon boulot et puis quand même ça me travaillait, j'ai cherché ce que ça voulait dire : « pouacre ». J'ai cherché mais dans mon Larousse, pourtant en couleurs, y z'en parlaient pas, je suis allé à la bibliothèque municipale j'ai demandé à la bibliothécaire le rayon des dictionnaires mais elle m'a dit que ça existait plus, que maintenant il y avait Internet pour ça mais qu'elle venait de recevoir le dernier livre de Philippe Delerm. Je l'ai traité d'enculée de mal baisée et je m'ai barré. (... à suivre...)

    « Walter Chéchignac 10 par H.T.FumiganzaWalter Chéchignac 11 par H.T.Fumiganza »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It