• Le clochard dans le bac à sable par Lofti Benayak 2/3

    Le clochard dans le bac à sable de Lofti Benayak 2/3
    <?xml:namespace prefix = o ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:office" /><o:p> </o:p>

    Quand nous sommes arrivés à Port Glandault Plage, j'ai trouvé qu'il y avait trop rien de changé, ça continuait à faire carte postale un peu démodée, Riviera années 50 improvisée sous un ciel trop gris. L'océan n'avait pas pris une ride, il se tenait en retrait, c'était marée basse et sur l'immense plage ventée, il n'y avait que quelques estivants en chandail qui pêchaient la crevette, les pieds dans la vase et le bas des pantalons relevés.

    -Regarde! Lofti! Regarde c'est Papa là-bas avec la famille.

    Je regardais dans la direction de son doigt mouillé, c'était une bretonne et elle mouillait toujours du doigt dés que ça commençait à souffler.

    Godelaine, elle faisait des grands signes en gueulant:

    -Hououououlàlà! C'est nous qu'on est là!

    -Mais arrête! Tais-toi ils vont nous voir! Je lui ai dit en la tirant pas son tricot de marin.

    -Bien justement ça mais qu'est-ce que tu as mon Lolo?

    -Il y a que j'ai pas envie de m'appuyer une pêche à la crevette après quatre heures de route quoi !

    -Oh ce que tu es décourageant! En plus ils pêchent pas la crevette mais le Gnec.

    Merde ça y était, on était repéré par la défense aérienne familiale et comme un con j'avais pas fait remettre la 12,7 légère, ils avançaient en deux sections compactes.

    -Allez viens, on va bien rigoler, tu vas voir.

    Les cousins étaient déjà là, les plus jeunes lancés à l'abordage de mon vaisseau des sables:

    -Eh Lofti il y a pas une galerie sur le toit pour mettre la gazinière?

    C'était Pierre-Edouard et Charles-Antoine, les frangins de Godelaine, deux blairs d'une quinzaine d'années qui me charriaient, ils étaient pas méchants juste un peu lourds comme souvent à cet âge.

    C'était une vraie marée de chiarres enthousiastes et d'adultes circonspects qui nous entourait:

    -Putain la caisse! Tu fais le Paris Dakar? S'est exclamé le petit dernier Gontran Aymeric en se prenant une claque de la Colonelle.

    Le Colon, cheveux ras, entraîné, sportif, la belle quarantaine, inspectait l'engin, voir s'il était bien réglementaire, sa conclusion fut en baisant le front de sa fille:

    -C'est tout à fait ça, le Tibesti en 85, je débutais, je me souviens qu'on en a récupérée un, de Toy, que les rebelles avaient bricolé en  montant dessus un mortier de 122 mm, il doutaient de rien, on les a retrouvés dans les dunes à 20 mètres de leur Toy soufflé par le départ du coup. Eh bien Godelaine tu ne me présentes pas ton camarade?

    Godelaine a quitté son garde à vous réglementaire pour passer au reposez armes et faire les présentations.

    -Lotfi cela veut dire le doux sinon le résigné en arabe ce me semble? M'a interrogé le Colon.

    -Ah ouais mais moi c'est Lofti et ça veut juste dire: soit que mon père avait forcé sur l'alcool de figue, soit que le fonctionnaire de l'état civil était à moitié sourd  quand on m'a déclaré.

    Godelaine me faisait des gestes pour que je rectifie la position et que je baisse de ton mais le colon m'a juste donné une grande tape dans le dos et à peu près démonté l'épaule avant de décréter.

    -Bon le Gnec n'attend pas.

    C'est la vérité, dés qu'il fait nuit le Gnec se calfeutre pour regarder le 20 heures à la télé.

    -Rraaaassemblement! En aaaavant 'arche! 

    Il a bien fallu que je m'y colle.

    Le Gnec c'est un truc qu'on trouve qu'en Bretagne, à marée basse et les soirs d'orage, c'est une sorte de bulot mais autonomiste, il a des convictions le Gnec, ça se laisse pas pécher comme ça, il se défend, c'est d'ailleurs tout ce qui fait l'attrait de sa pêche, le mec qui revient entier avec tous ses doigts d'une pêche au Gnec est fêté et considéré comme un homme un vrai, c'est quasi initiatique.

    On le mange sur le plage, ça voyage pas, avec une pointe de citron en lui mordant dans le charnu d'un coup sec, s'il bouge longtemps sous la langue c'est encore meilleur.

    Encore heureux j'ai échappé à la messe traditionaliste du matin, pasque dans la famille du Colonel on l'aura compris on serre plutôt à droite.

    Que j'esplique pour ceux qui sont pas trop rencardés sur la chose, chez les cathos il y a les Post-conç (post-conciliaires) qui ont le cadran bloqué sur les seventies, les Tradis (traditionalistes) en plein revival médiéval et les Chachas (charismatiques) qui marchent carrément à l'inspiration et attendent que l'esprit saint leur tombe sur la tronche pour s'illuminer un bon coup!

    Les tradis que les post conç appellent les intégrisses, parce qu'ils tolèrent tout le monde les post conç même les adorateurs du Grand Cosmonaute Universel (G.C.U) il y a que les tradis qu'ils intolèrent. Les tradis ont en moyenne 12,75 gniards (il y en a un peu plus je le mets quand même ma colonelle? Affirmatif mon brave!) ils ont en moyenne donc 13 enfants et ils sont sympas aussi mais il faut leur être présenté avant sinon ils tirent, minimum 48 heures à l'avance, ne pas oublier de sonner mais comme en règle générale la sonnette marche pas, pas hésiter à gueuler très fort dans le jardin pour s'annoncer et honnêtement vous avez une chance, enfin c'est jouable, ah oui penser au bouquet de fleurs pour la colonelle ça l'attendrira et vous pouvez aussi emmener un gigot (pas besoin de l'attendrir celui-là) ça fait toujours plaisir et ils roulent pas sur l'or contrairement à ce qu'on raconte, forcément avec treize mômes et le père fonctionnaire.

    Pour les sujets de discussion éviter à peu prés tout comme avec le wahhabite de base, attention le tradi est fortement fétichiste contrairement au wahhabite il sacralise beaucoup et il ne peut pas voir un tas de pierre sans vouloir bâtir dessus au moins une cathédrale.

    <o:p> </o:p>

    On se rapatrie à la villa familiale postée au dessus de la plage, mais c'est tellement bondé que je propose de faire comme Radhafi et de monter notre tente dans le jardin, histoire aussi de pouvoir manoeuvrer à l'aise ma poupinette sans qu'il y ait trop de sourires gênés dans les bols le lendemain au petit déjeuner, et puis les mecs entraînés, je me méfie toujours un peu.

    Manque de pot le jardin est lui aussi overbooké, il y a tout un campement de scouts marins qui font sécher leur linge entre les arbres en préparant un grand feu, je me renseigne, ça va le bûcher c'est pas pour moi. Non je plaisante, ils sont pas plus offensifs ou chiants que le tonton Rachid ... pas moins non plus.

    -Allez hop direction les dunes! Je dis à Godelaine, histoire de lui montrer que moi aussi je suis un dominant.

    Malheureusement il y a un problème et Houston n'y peut rien, les dunes c'est interdit de campement, les dunes c'est sacré, c'est de la nature à l'état pur, pas touche! Verbotten! Nous renseigne "le Gardien des Dunes", personnage mythique, planqué là depuis qu'ils nous avait repéré vaguant devant la vague dans notre 4X4 lui aussi prohibé. Il nous refile une amende de troisième classe, en nous faisant la leçon et en nous rappelant:

    -Attention hein c'est "aussi" interdit de coucher sur la plage! Allez circulez! 

    Comme les hôtels "aussi" sont pleins, à cause du véquende du 15 Août, à force de se faire refouler on se retrouve à Port Glandault Plage, dans l'immense bac à  sable qu'ils ont installé durant le mois d'Août, dos à la mer, avec vue directe sur les abattoirs   

    Finalement avec les bruits de l'océan qui nous arrivent par derrière, quand leurs p... d'animations s'arrêtent enfin, on pourrait s'y croire et c'est là qu'on s'endort avec ma Poupinette dans notre duvet deux places, avec pour seul voisin un clochard barbu contemplateur d'étoiles. (...à suivre...)

    « Nordnmark one point! Journal intîme du Prince Raoultkë de Nordnmark by H.T.Fumiganza /Votre feuilleton (pluvieux) de la rentrée 4...L'éco lieux mémoriel du père Maupoil par A.Sottos 1/1 »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    Tags Tags :