• La Petite Dézingue 1/1 by Lofti Benayak 

    J’ai marché pendant une heure dans les couloirs de la Mairie de Paris et puis enfin  je suis arrivé devant un bureau où un infidèle visiblement inverti faisait les mots croisés de « Têtul » le journal de ceux qui s’enc... :

    -Je suis abonné à Vélib. Je suis de confession musulmane et j’exige que l’on me fournisse des vélibs hallals !

    -Ah mais oui, c’est très bien ça il faut signer la pétition alors, nous aussi on en réclame des vélibs anals... depuis deux ans au moins... en attendant mon garçon il faut faire comme tout le monde et retirer la selle... Jean-Marcel c’est toi qui a la pétition...

    Un autre infidèle tout aussi inverti s’est approché avec une feuille de papier couverte de signatures,  même Pierre Arditi l’avait signée.

    -J’ai pas dit « anal » mule grecque, uranien lubrique, j’ai dit hallal !

    -Ah faîtes escuse... j’avais compris... ah mais il y a pas de problèmes tous nos vélibs sont hallals vous pensez bien si on est aux normes à la Mairie de Paris, il manquerait plus que ça qu’on collabore pas ça serait nouveau ça, tenez voilà les certificats... voyez c’est tout tamponné comme il faut.

    J’ai pris les papiers qu’il me tendait mais j’étais quand même pas vraiment convaincu, « un infidèle qui ne ment pas ce n’est plus un infidèle mais un musulman loyal eh patate ! » comme a dit le Prophète et j’ai décidé d’aller voir le Mollah Rahmed Killouche qui tient la mosquée Al Brakmar du Plessis Bouchard où j’ai fait toutes mes études islamiques dans la madrasa installée dans son arrière-boutique, oui parce qu’avant de faire Mollah il faisait épicier.

    Il a vieilli le saint homme, son neveu Omar qui le seconde et doit reprendre la boutique (la mosquée pas l’épicerie !) me dit en m’apercevant:

    -Le fatigue pas trop il a eu une journée chargée et il commence à tanguer. 

    -Non ne t’inquiète pas, je veux juste lui demander un avis.

    Il était assis sur un tapis et il faisait son P.M.U alors j’ai mis le Vélib devant lui et je lui ai dit ce qui m’amenait.

    Le Mollah Rhamed Killouche il a réfléchi un long moment, je crois même qu’il s’est endormi un petit moment dans le long moment et puis il a émis sa sentence, que son saint nom soit moulé dix fois dans le bronze, mais j’ai rien entendu parce qu’il a parlé à l’oreille de son neveu :

    -Ah ouais d’accord... bon tu permets une minute il faut que je le change.

    Quand ils sont revenus Omar m’a dit :

    -Le saint homme dit que le vélib est hallal et tu peux l’enfourcher comme la femme de ton voisin de palier mécréant... 

    J’étais soulagé :

    -Mais il dit aussi que les clignotants eux sont pas hallals.

    -Ah n’merde ! Et qu’est-ce que je fais alors, où est-ce que je vais trouver un clignotant hallal à ç’t heure ?

    -Non, non le saint homme dit que tu n’as qu’à pas l’allumer, de toutes les façons le hadith 557 bis et suivants stipule: « Tu ne mettras pas ta flèche pour renseigner l’infidèle quand tu tourneras à gauche sinon c’est trop facile et c’est pas de jeu. »

    Le mollah il a re-murmuré à l’oreille de son neveu :

    -Le saint homme demande si avec ça ce sera tout ? C’est cent euros bonsoir m’sieur-dame.

    Putain ça avait encore augmenté.

    Il faisait nuit, je suis reparti en pédalant quand même vachement rassuré, j’étais même un peu trop optimiste sans doute parce qu’au premier carrefour j’ai tourné à droite en ne mettant surtout pas mon clignotant pas hallal suivant la prescription du saint homme et le bus qui arrivait derrière à pleine bourre m’a pas raté.

     

    Avec mon vélib tout ratatiné j’ai fait un vol plané au dessus du tobus et puis je me suis retrouvé dans les airs, non mais vrai j’arrêtais pas de monter, à un moment enfin je me suis stabilisé, ça devenait cotonneux, beigeâtre et puis au milieu des nuages pisseux, repeints, un brin administratif j’ai aperçu comme une casse avec du grillage autour, il y avait aussi de la musique de Georgette Plana, des parasols Ricard et des cyclistes avec des maillots Mercier genre années 70 qui buvaient du Pernod, je me suis dit: ça y est je suis en enfer chez les infidèles!

    J’ai demandé à un type en bleu qui prenait l’apéro avec son berger allemand... sous une Renault Dauphine :

    -Je vous demande pardon... c’est... c’est pas ici le paradis d’Allah ?

    -Ah non ici c’est la Petite Dézingue, un paradis laïque et parisien pour les fils de la Butte... pose pas ta cochonnerie contre la clôture tu veux mon gars...  eh dis don’ Raymond le Paradis d’Allah ça te dit quéque chose ?

    Le Raymond en question c’était un pépère bouliste il a levé les bras en l’air :

    -Oh là là là mais c’est pas là qu’il pointe le Momo ? Ah ben alors  c’est tout là-haut dans les grands ensembles ça... à vélo c’est déjà pas à côté mais alors à pince tu vas en avoir pour quelque temps mon pôte et en plus ça fait que monter.

    Quel con ce Mollah Killouche, sans cette connerie de clignotant hallal j’aurais fait la route à vélo... et en plus je serais pas mort.

    version imprimable: Lurbaine Revue 

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It




    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique