• La cellule de maintien idéologique 2/3 by G.M.Neoletto

     

    La Cellule de maintien idéologique 2/3 Par G.M.Néoletto.
    Les aventures de Jean-Plaude et Jean-Cluc militants Umpistes de la Basse-Meuse


    Le conducteur du TGV lui il mangeait son casse-croûte sur un talus, il était monté sur les freins, il avait lâché le cerclo et puis rien... alors il avait sauté:
    -Je m'ai dit: et puis avec toutes leurs complications à la con qu'ils se démerdent! J'allais quand même pas rater la prochaine grève!
    Le docteur Craquebume lui a demandé s'il voulait verbaliser un brin avec lui:
    -T'es bien brave mon gars mais tant qu'à faire je préférerais plutôt une bonne bière.  
    Le Père Mouillot qui nous suivait partout en fouaillant du bout de sa canne les agonisants qui lui squattaient son champ, il a dit toujours philosophe:
    -Ils devraient pas rouler comme ça aussi vite moi avec mon tracteur je m'ai pris une amende de 1500 teuros pasque je roulais à 37 au lieu de 35 et eux ils te roulent à des 350 t'a l'heure.
    -Mais c'est le progrès Père Mouillot! Lui a dit Jean-Plaude qui y croit vachement au progrès.
    -Alors ç't'engeance y z'ont droit au progrès pasqu'y vivent dans une chiasse permanente mais à nous-z-autres on nous supprime notre autorail qu'était pourtant bien commode et les pov'cons de tomobilisses qu'on est on doit rouler à train de mule sur des routes défoncées en plein 21° siècle!
    Et il nous désignait avec force tremblements de sa canne les cadres curieux et folâtres objets de sa haine toute rurale.
    Pendant qu'il s'éloignait marmonnant le sympathique Docteur Craquebume a noté sur son papier: 
    -Mouillot c'est bien ça? Je vais faire un signalement quand même, il pourrait être dangereux...
    -Sans compter qu'en plus il a pas la tévé. A précisé Jean-Plaude déférent qui aime rien tant que déférer aux autorités, 'pas pour rien qu'il est secrétaire régional adjoint de l'UMP Basse-Meuse. 
    -Ah oui, ah bon je note aussi.
    L'un de ses adjoints est arrivé tout content, il tenait par sa chemise à manches courtes un petit scout en short et foulard avec les cheveux en brosse et un paquet de framboises écrasées à la main et qui murmurait:
    -Ziiiim-Schlaafftt le train! Zzziim-Schlaaafftt le train...
    -J'ai un impliqué chef mais il est en phase pré-mutique.
    -Névrose irruptive et compulsive post-traumatique, protocole de Rumpetters mon cher.
    Il lui a fait faire demi-tour au petit scout et il lui a foutu un grand coup de pied dans le cul.
    Mais l'autre il a continué comme s'il avait rien senti, c'est là que je l'ai reconnu, c'était pas un scout c'était le Raymond Pointecourt, l'assureur-conseil du Plessis-Lés-Meules et trésorier de notre section UMP et c'était pas des framboises, c'était ses couilles qu'il s'était fait happer par la rame et qu'il avait réussi à retrouver deux cents mètres plus loin dans un bosquet à force de patience, on l'a allongé et rangé à côté des blessés et il a pu agoniser tranquillement avec les autres en attendant les secours qui étaient toujours bloqués même s'ils avaient un peu avancé, ils étaient maintenant à la Trouée-Dés-Gueuse.
    -Le sous-préfet dit qu'ils ont déclenché le plan Samouillegrave+++++++ et qu'il a le président en direct depuis l'Elysée-Matignon où il prend un verre avec des amis et où ils ont aussitôt formé une cellule de crise. 
    -Bon il nous faut un lieu pour réunir nos impliqués? A déclaré le bon docteur Craquebume.
    -Euh la salle des fêtes peut-être? J'ai proposé.
    -Un lieu neutre de préférence... c'est quoi là-bas le bâtiment rose et mauve?
    -C'est la maison de retraite échangiste Françoise Dolto.
    On en était presque aussi fier dans le pays que de notre déchetterie-modéle de la Place de l'Ex-Cathédrâle. 
    On s'est tous retrouvés dans la salle de torture de la maison de retraite échangiste, c'était plein de vieux en string et de vieillasses à fouet.
    -On sera bien ici c'est d'une grande sérénitude à dit le Docteur Craquebume.
    C'était vrai on entendait presque plus les cris et les pleurs des blessés.
    Il a fait sortir les vieux et rangé les victimes primaires qui avaient tout vu et les secondaires qui avaient tout raté.
    Il a réuni son équipe et il leur a parlé comme un entraîneur de foutebale le soir d'une finale de coupe:
    -Il nous faut d'abord combattre ce sentiment d'échec que ressentent les secondaires. Leur expliquer qu'ils en verront d'autres de catastrophes ferroviaires ou autres et puis s'ils y tiennent tant que ça à vivre une catastrophe nationale ils n'ont qu'à lire le budget de l'état ou prendre un Airbus d'Air France...  
    Il a commencé par présenter au public toute l'équipe de la cellule de soutien psychologique, outre lui le bon docteur Craquebume, il y avait son adjoint le docteur Hu, un vietnamien dépressif, vrai c'était le premier asiatique que je voyais qui souriait pas, 'pas l'air commode l'asiate, une infirmière vaudoise diplômée Mademoiselle Chodaz, un travailleur social syndiqué Jacky Jaunard dit Jacky-tout-court, un touriste belge Monsieur Wadong... c'est là que j'ai dressé l'oreille ça devenait bizarre son truc, rescapé-modéle d'une catastrophe dans un tunnel routier des Ardennes pas complètement foré, monsieur Wadong, belge rutilant apportait un regard implicatif et non normatif à la cellule a expliqué le docteur Craquebume, il y avait aussi le clown Balpo spécialiste du spectacle de rue, des Assedics et des arts vivants et qui était le beau-frère au Docteur Craquebume et conférait la note d'humour, c'est vrai qu'on a pas tellement l'occasion de se marrer lors des catastrophes nationales, il était venu avec ses deux lapins nains...
    Jean-Plaude il m'a donné un coup de coude à ce moment de la présentation:
    -Il manque plus que le livreur de pizza!
    C'est à ce moment qu'on a entendu un bruit de mobylette et un type en casque est entré souriant une pizza à la main
    -Et enfin Momo notre livreur de pizzas qui suit la caravane depuis le début.
    On se serait cru à une émission des années 70:"Au Théâtre ce soir" ou "Intervilles", il manquait plus que Guy Lux et les vachettes, on savait pas trop quoi faire, alors on a tous applaudi et je me suis dit que c'était ma première catastrophe nationale mais qu'avec cette équipe-là on allait pas s'ennuyer... (à suivre...)

    version imprimable:http://revue.lurbaine.net 

    « Nordnmark one point ! Journal intîme du Prince consort Raoultkë de Nordnmark 17 by H.T.Fumiganza Nordnmark one point ! Journal intîme du prince consort Raoultke de Nordnmark by H.T.Fumiganza 18... »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    Tags Tags :