• Jacques Chirac est sorti de prison...

    Jacques M'Chirac est sorti de prison par El Hadj Colombani

    Il n'a pas beaucoup changé, très grand, trop grand, toujours encombrant et planant comme une buse funeste, le grand âge l'a seulement un peu tassé et lui a encollé les ailes, il ressemble à un oiseau pris dans le mazout (Que ses bienfaits soient perpétués sur la tête des croyants!).

    Bien sûr sa djellaba rose est fânée et porte quelques accrocs sur les flancs, ses sandales aussi sont fatiguées.

    Il me reconnait et il vient à moi, il faut dire que je suis le seul journaliste présent devant la prison:

    -Tiens 'ou-z-êtes là vous! J'aurais pas cru que vous vous déplaceriez... on va boire une biè... un thé à la menthe.

    Nous avisons une épicerie-restaurant française encore ouvert au coin de la rue des Frères Ramadan martyrs de la révolution. (Que leur souvenir soit trois fois saint!)

    Il s'assoit, attrape un narguilé et s'en met un grand coup dans les bronches:

    -Vous avez recommencé à fumer? Lui demandai-je un peu apitoyé.

    -En prison vous savez tout le monde fume, le beau-père quui m'envoyait du chebli depuis le Maroc. Mais ça reste off hein? Déconnez pas Colombani y me feraient sauter ma conditionnelle. Le cadi Roubach l'a dit: plus d'alcool, plus de clopes sans quoi...

    Le thé à la menthe arrive fumant et odorant, l'auvergnat (Que sa race maudite soit consumée!) le sert sans trop d'adresse et quand il reconnait mon compagnon une certaine confusion ou colère gouverne ses gestes et il lui mouille en grand sa djellaba crasseuse avec le breuvage fumant.

    -Putain le con y m'a brûlé les couilles ce con!

    Les autres clients se retournent sur ce blanc malodorant et bruyant qui s'ébroue comme un chien verminé de l'Atlas. (Que son sommet soit toujours couronné par le très grand!) 

    -Faîtes escuse m'sieurs dames c'est ce con d'auvergnat aussi! Retourne forniquer avec tes vaches puantes saloperie de français!

    Comme toujours, comme avant, il en fait trop.

    Je lui fais remarquer que la sourate 476bis et suivantes (Que leur encre ne soit jamais foulée par le mocassin de l'infidéle!) recommandent le sentiment de tolérance quand on a le pied bien installé sur la gueule de l'incroyant à terre.

    -Ah z'avez raison Colombani, 'faut que je revois tout, ouais en quelque sorte une manière de réforme morale, 'parait-il que vous avez fait trois fois le pélerinage là-bas?

    Il veut parler des saints lieux saints (Que leur immaculence ne soit jamais souillée par le sodomite!), je lui réponds aussi pour l'édifier car c'est là mon devoir de croyant:

    -Oui trois fois dont une fois dans un car de police.

    -Ah tiens un voeu?

    -Non une rafle au journal.

    -Y parait que c'est chouette, y faudra que j'y aille un jour... quand même les séoudiens se sont pas foulés la rate, ils auraient pu m'envoyer un petit colis de temps en temps... quand je pense à tout ce que j'ai fait pour eux. Ah ils m'ont bien niqués ces cons-là et je parle pas des Frères Musulmans avec leurs dépliants en couleurs, tout serait chouette et y aurait des loukoums pour tout le monde qu'y disaient. J'aurais du me méfier, déjà les cocos m'avaient bien eu mais eux le catalogue il était pas en couleurs et même ça tachait les mains si vous vous souvenez...

    Décidément il n'a pas changé, il blasphème sans même s'en rendre compte et se montre toujours incapable d'asseoir une pensée cohérente.

    -Je mangerais bien un 'tit quéque chose pas vous El Hadj?

    -J'ai mangé au journal avant de venir, il y avait un méchoui, c'est Pottier du service étranger qui l'avait préparé pour la visite du ministre d'état aux Habous et aux Affaires Islamiques, il s'est fait bastonner parce qu'il avait oublié les piments.

    -Normal. Important les piments dans le méchoui. Dit-il avant de commander un steak frites. 

    -Vous prenez des risques les plats exotiques on ne sait pas ce qu'ils mettent dedans. Fais-je remarquer avec ce regard insinuant que j'ai appris chez les pères Jésuites. (Que le Retentissant les tienne en sa sainte garde... mais qu'est-ce que je raconte moi! Qu'ils soient maudits et foulés aux pieds... heu... sévérement!) 

    -Ouais vous avez raison el Hadj. approuve-t-il en appelant le serveur:

    -Elles sont comment les frites?

    -Bien elles sont bien...

    -Je veux dire fils d'inverti tes frites sont-elles hallales?

    -Béh oui... enfin je crois c'est le patron qui les a égorgées dans la cour tout à l'heure.

    L'âme rassérénée il attaque le steak frites.

    Pendant ce temps le muezzin retentit de ce chant très beau et très ancien où il est dit: que c'est haut, qu'il a le vertige et qu'il va bientôt tomber si quelqu'un n'appelle pas les pompiers. Oui en fait ce doit plutôt être le laveur de carreaux qui retentit.

    -Et qu'est-ce que vous comptez faire maintenant ? Si ce n'est pas indiscret?

    -Me marier.

    Je reste interdit:

    -Et... enfin votre femme... Bernadette est-elle au courant?

    -Bah elles s'arrangeront bien ensemble, et puis une petite jeunette ça mettra de la vie à la maison.

    Il mange avec toujours cette voracité de tout à l'égout nouvellement installé, à propos d'égouts cela refoule dans le coin depuis que les canalisations sont éventrées et quand il a fini je lui propose de nous véhiculer très vite hors de cet endroit maudit qu'est le quartier chrétien. (Comment? Ah oui j'oubliais... Combien il serait judicieux que leurs filles infécondes fussent prostituées à des ânes... vérolés de préférence!) Mais il n'en a pas encore fini avec sa boustifaille écoeurante de franchouillard mal repenti:

    -Il y a de l'attente pour l'omelette Qatari?

    -Vingt minutes.

    -Et les crêpes Aïcha? 

    -La même chose.

    -Alors je prends les deux.

    -Je suis désolé je n'ai plus le temps, je dois aller chercher mon petit-fils à l'école coranique.

    -Tu as tort el Hadj , il va y avoir du spectacle, et de l'édifiant encore!

    A ce moment, ou mettons juste un peu après, les portes de la prison s'ouvrent et en sortent trois hommes barbus dont l'un au moins m'est familier, c'est le Cheikh Cruchot, le directeur de la prison, je l'ai interviouvé il y a peu pour l'émission religieuse "Le jour du Saigneur", j'y anime une séquence exégéto-pratique, le thème de la semaine en était: comment égorger son voisin de palier apostat sans s'en mettre partout, oui un saint homme doublé d'un technicien remarquable.

    Il pousse devant lui un être chétif et palot dont le visage et l'allure trépide ne me sont point tout à fait inconnus? J'ôte, mentalement la perruque rousse , le maquillage outrancier, le sac à main et la petite robe d'été occidentale qu'il porte sans élan et un visage m'apparait:

    -Se pourrait-il...

    C'est donc là ce qu'est devenu celui qui fut la terreur du petit blanc, l'Attila du 'tomobilisse parisien, le Gengis Khan des péripatéticputes: N'Hezbollah Sarkozy!

    -'z'étiez pas au courant el Hadj? Il est encore plus oublié que moi, y a tellement eu de changements depuis... Ils l'ont pris à tapiner sur les boulevards extérieurs, les autres putes qui l'ont donné, 'sont rancunières, moi aussi, 'lui qui m'avait dénoncé, maintenant 'faut avouer que depuis qu'il s'était fait opérer en ex-Belgique c'était plus le même homme... ouais 'faut reconnaître.

    Tout de suite la foule des amateurs et connaisseurs entoure le supplicié et sans attendre la lapidation commence, il faut dire que c'est l'heure du repas de nuit et qu'une lapidation est le meilleur et le plus sanctifié des exercices apéritifs selon le Cheikh Cruchot.

    Mon compagnon semble plus s'intéresser à ses desserts fumants qu'à la cérémonie, à la fin pourtant il se léve, je lui prends le pas, quelques pavetons volent encore dans les airs et puis la foule quitte la place, un peu déçue, c'est toujours trop rapide une lapidation.

    Nous atteignons le monument faiblement érectile à la bourgeoisie cocufiante et cocufiée de l'ex-France qu'est cet édicule médiocre.

    -Ouais ça fait pas un gros tas au final hein? Constate Jacques M'Chirac .

    Il reléve sa djellaba tachée et pisse sur le tas de pierres:

    -Salam aley com connard! Cinq ans de taule pour une petite bière 'faut pas déconner non plus!    

    « ...... »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks