• Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Le Pleuroir municipal  de la Mairie du XXII ° par H.T.Fumiganza 1/1 

    Je me présente à vous: Muguette Boucheton, je suis en charge du Pleuroir municipal dépendant de la Mairie du XXII° arrondissement, c'est un travail qui m'occupe à plein temps, on l'imaginera, tellement enrichissant certes mais qui est parfois aussi assez éprouvant. La mairie de Paris en décidant l'installation d'un pleuroir municipal laïque dans chaque arrondissement a marqué là sa volonté d'engager une politique de pleurage laïque et républicaine, bien dégagée (derrière les autels) de toutes influences et dévoiements religieux judéo-chrétiens et obscurantistes même si bien entendu nous restons ouverts aux autres cultures de pleurage.

    Encore récemment un couple de réfugiés politiques lapons nous a révélé d'étonnantes pratiques de deuil (ils venaient de perdre leur ourse polaire qui n'avait pas supporté le changement de climat), en effet il fait si froid en lapponie qu'il est impossible de pleurer, les larmes gèleraient tout de suite alors l'on pleure de l'intérieur en ravalant sa salive très bruyamment, la pomme d'Adam (dans cette culture si remarquable seuls les hommes ont le droit de pleurer, les femmes ont le droit elles de ravauder les canoés) monte et descend à la manière d'un dindon, c'est étonnant et... admirable bien sûr.

    Nous disposons de plusieurs salles de pleurs : la première est bien entendu réservée aux  ayants droits des arrière-cousins de déportés et victimes de la Sho...TM oh j'ose même pas écrire le mot en entier tant je serre les fesses (... d'émotion ?.... oui, oui ce doit être ça.), la deuxième salle est pour les descendants (amis, collègues de bureau et  relations de travail compris) d'esclaves victimes de la traite négrière européenne (exclusivement), une troisième aux héritiers des voisins de palier des victimes de l'infâme colonialisme républicain français, enfin une dernière pour les discriminés de toutes sortes : victimes de l'homophobie, du racisme en discothèque (mais pas en épicerie de quartier ), de discrimination sexuelle ou de harcèlement moral.

    Nous pensons ouvrir d'autres salles à l'avenir mais nous ne disposons que d'un budget annuel de fonctionnement  de 17 millions d'euros.   

    Nous veillons à la parfaite tenue de l'établissement, aussi pour éviter tout débordement outre un service de sécurité en faction à l'entrée, nous avons carrelé les salles et installé au centre une évacuation des pleurs où ils sont recyclés et renvoyés vers des stations de lavage autos.

    Hier alors que je me trouvais dans la salle de pleurs de l'esclavage, une jeune fille est entrée, elle me semblait bouleversée, je lui ai demandée si je pouvais faire quelque chose pour elle, elle m'a répondu qu'elle était mauritanienne, que dans sa famille l'on était esclave depuis 12 siècles au moins, qu'elle avait suivi ses maîtres, qui étaient venus en Europe pour leurs affaires, que comme c'était bien parti pour durer encore une bonne douzaine de siècles, elle voulait s'en sortir, alors elle avait eu l'idée d'aller voir le curé de la paroisse où ils habitent (elle loge sous l'évier de la cuisine) pour se mettre sous la protection de l'église, bien heureusement il a su éviter tout prosélytisme et l'a renvoyée sous son évier aussi en désespoir de cause elle était venue ici. J'ai dû moi aussi lui expliquer fermement que son cas ne nous concernait pas d'autant que je n'étais absolument pas convaincue par ce qu'elle me racontait, De fait si l'islam (Il faut mettre une majuscule non ?) si l'Islam avait jamais autorisé et encouragé l'esclavage cela se saurait, il me semble.

    C'est le plus fatigant tous ces gens qui se trompent, on ne peut pas recevoir n'importe qui, Tenez la semaine dernière encore un descendant de réfugié ukrainien s'est mis à pleurer dans l'une de nos salles, comme ça sans autorisation, il pleurait disait-il à la mémoire des sept millions d'ukrainiens (dont les quatre-cinquiéme de sa famille) morts durant la grande famine organisée par Staline dans les années 30 eh bien il nous a fallu l'expulser cela ne nous concerne pas, j'insiste là-dessus, la Mairie de Paris a très clairement défini notre mission et les titres de ceux qui ont le droit de venir pleurer ici: pas de harkis victimes du F.L.N et du gaullisme, de cambodgiens manchedepiochés par les khmers rouges, d'anti-castristes castrés,  d'arméniens génocidés par les kurdes ou de kurdes génocidés à leur tour par les turcs et que sais-je encore, ici l'on ne pleure que ce qui est au menu, on ne pleure pas à la carte.

    De nombreuses personnalités sont venues: Elie Wiesel nous littéralement inondé et il a fallu fermer la salle, les égouts refoulaient. Nous avons même reçu la visite de Herr Schweitzer qui est venu pleurer pour tout le monde (sauf les blancs, il déteste ça les blancs, ils lui ressemblent trop !) avec Chirac qui a pleuré lui parce que son chien s'était pris la queue dans la porte, curieux phénomène de communion de  pensée et de sensations, Ségolène Royal a elle aussi beaucoup pleuré et en sortant elle a masturbé un paralytique qui venait pleurer pour les paralytiques qui ne pouvaient plus se masturber tout seul et auxquels on prenait les places de parking réservées. A la mort d'Aimé Césaire le si grand poète, chantre de la race noire (tiens je croyais que les races n'existaient pas ?) et de la négritude uber alles nous avons fait une grande cérémonie de pleurs, j'ai lu un texte de lui mais personne n'a trop rien compris à ce que ça racontait, il était obscur le grand poète noir, alors on a tous pleuré ensemble. Notre président lui aussi nous a fait l'honneur d'une visite: lui il s'est pleuré dessus il n'y a que lui qui l'émeuve vraiment.

    Martine Aubry aussi est venue, elle n'a pas pleuré.

     Mais depuis quelque temps, je l'avoue, mon travail me pèse un peu, il faut dire que je veux un enfant est depuis quatre ans je suis presque constamment enceinte, mon compagnon est d'accord sur le principe, seulement voilà j'ai certaines exigences, je ne vais quand même pas dépenser de l'argent à élever n'importe quoi: je veux un bébé non fumeur, j'entends par là que je veux être sûre que mon enfant ne développera pas par la suite un tabagisme actif, grâce à la science il est parfaitement possible de s'en assurer maintenant et c'est ainsi qu'en quatre ans, il m'a été impossible de conserver un seul de mes bébés, il m'a fallu les interrupter volontairement (enfin eux n'étaient pas volontaires, mais c'est ma volonté à moi vu que le corps en question est à moi et eux ne sont au mieux que des locataires, sans bail et vachement précaires car je peux les expulser quand je veux, je vais m gêner tiens !)  les uns après les autres, qu'on en juge: j'ai eu un fumeur de cigare (l'horreur absolue), deux fumeurs de pipes et trois fumeurs de cigarettes dont deux de Gitanes mais jamais un foetus sain. C'est usant à la longue. D'autant que Jean-Ché Poinbard mon compagnon qui est professeur des écoles (ben oui c'est le titre comme il y a des conducteurs des voitures !), lui ne veut pas d'un possible électeur du Flan National. 

    Aujourd'hui j'attends les résultats de ma grossesse en cours, ce qui explique ma nervosité, permettez je regarde mes mails... ah voilà celui du labo:... oh mais c'est bon, ils écrivent : réponse négative aux marqueurs génétiques du tabagisme et de l'estrémisme... merde ! Merde ! Merde ! C'est un obèse ! Je vais quand même pas élever un obèse ! Ah ce n'est vraiment pas de pot, j'en pleurerais ! D'ailleurs j'en pleure... toute seule... dans mon coin...

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It





    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires