Accueil | Créer un blog |

  UrbaneTattack le blog-feuilletons de L'UrbaineDesArts/NovelingPress/info@lurbaine.net


Toujours à la pointe du progrés et poursuivant notre oeuvre d'électrification de la littérature françoise, nous informons les lecteurs d'Urbane Tattack que les ouvrages de l'UrbaineDesArts Editions/Noveling-Press seront désormais téléchargeables sur Smashwords, et ce pour un prix modique qui ne couvre pas mâme le coût de la vapeur (quelle époque!), les premiers tîtres de notre catalogue disponibles en ebook et dans une foultitude de formats attrayants et du meilleur goût parisien sont ici:Lurbaine ebooks

La rose au cul | 10 juillet 2013

Publié par urbane à 05:40:24 dans / Parti Socialiste | Commentaires (0) |

Idée cadeau liste de mariage | 31 mai 2013

Kit jeunes mariés maintenant disponible en mairie

Publié par urbane à 08:00:39 dans / L'éco-lieux-mémoriel du Père Maupoil | Commentaires (0) |

Exclusif: le président François qui? nous révéle: | 26 mai 2013

Publié par urbane à 07:21:27 dans /Closet | Commentaires (0) |

Homélie du bienheureux père Jean-Baptiste premier curé de la paroisse en l'église saint Jacques d'Abbeville | 10 mai 2013

 

Homélie du bienheureux père Jean-Baptiste premier curé de la paroisse en l'église fantôme saint Jacques d'Abbeville

 

« Vous avez regardé impassibles rouler le monde et le monde vous a roulé dessus, charrois surchargé de butins, de rapînes, à l'attelage affolé par les cris de tant de souffrance piétinée ; aujourd'hui vous vous réveillez enfin, brisés, battus, vaincus mais les yeux dessillés et le cœur en branle.

Ebrouez-vous dans l'espérance du Christ au pied du mont de douleurs qu'il vous reste à gravir.

Assemblez-vous, rassemblez-vous, étreignez vos âmes, armez vos bras et puis marchez enfin, il vous reste à punir.

 

Vous vous demandez maintenant tristes enfants dans les heures féroces où vous êtes rendus: où étaient vos pères et vos évêques au temps du premier combat ? Là où tout se joua, là où furent trempés dans des batailles ajournées, désertées, non livrées vos lâchetés d'aujourd'hui, c'était déjà la nuit du monde qui s'ouvrait sous leur pas et tous y tombérent et jusqu'à leur souvenir. Dans l'habitude du crîme il n'y a pas de relâche, il faut livrer, et fournir tous les jours, chaque matin qui monte ils sont plus de mille à présenter aux bourreaux, hygiénistes féroces qui parlent de l'enfantement comme d'une maladie, chaque soir tombé ils sont mille de moins que vous n'avez pas défendus mais livrés en holocauste.

Demain ce seront vos parents agés qui trembleront devant le médecin indigne qui confondra faiblesse physique et décence bourgeoise tous seront poussés dans la goule et vous à votre tour bien avant votre heure.

 

Mais Dieu lui n'oublie pas, en sa mémoire vivante, imprescriptible il vous convoque ce jour et quand vous vous levez, quand vous marchez dans leur nuit dépeuplée de rêves et d'idéal il vous enseigne encore, quand tout se tait autour, il vous parle devant pour vous dire: n'ayez crainte vous n'affronterez pas des puissances insignes mais de pauvres lampistes couronnés qui dans des loges obscures et des arrière-boutiques poussiéreuses sassent et ressassent leurs misérables consignes.

 

Leurs pères combattaient l'église de Dieu, la place prise, dans vos cœurs ruinés, aujourd'hui ils combattent l'homme sa création, ils n'ont pas varié, l'erreur est la même, la faute seule a grossi mais je vous le dis leur témérité a baissé, leurs vertus viriles de barbares, leur faim qui assaillaient vos sûretés et vos traditions se sont envolées dés qu'ils s'y sont installés dans le confort du crime et pour un misérable édile, je te parle Ramond maire d'Abbeville qui ose abattre à grands frais et bas bruit une église toujours consacrée qu' il disait en ruines et menaçante, toi et tous tes conseillers qui jettent le Christ crucifié à l'ordure seront punis les premiers car le Diable n'a pas d'amis seulement des complices, oui pour un qui se montre tel qu'il est combien de serviles fonctionnaires de l'esprit, factionnaires du règlement, de la presse et de la basse politique agissant contre vous dans le secret. Ils devraient pourtant se montrer repus car ils ont maintenant tout, tout sauf l'espérance qui est notre pour l'éternité.

 

Ils vous menacent de leurs fausses libertés qui ne sont que leurs vices travestis en dogmes infaillibles que rien ne peut atteindre ou conspuer, endurcir ou adoucir que les lois absurdes de leurs humeurs changées.

Ils vous ont tout pris, votre pays, vos coutumes, votre monnaie, votre parlé d'homme, l'entier de vos prestiges et jusqu'à leurs ruines consommées, regardez-les déguisés de vos oripeaux flétris, criant, beuglant, s'embroquant, pauvres diables outrés, se débattant dans les sanies de leur carnaval permanent de maudits.

Ils osent parler de progrès en revenant deux mille ans en arrière, en se rêvant maîtres et vous de nouveau esclaves. Le seul progrès des cœurs c'est Dieu qui vous le dicte. Lui ne vous contrôle pas, il ne vous fait pas les poches, il ne vous surveille pas par mille tronches borgnes, Dieu n'a qu'un seul regard qui vous veille comme son fils.

 

Aujourd'hui vous vous levez scandalisés par le mépris qu'ils vous montrent, mais le seul scandale c'est l'insulte faite au Fils, qui dit: changeons la vie, réformons l'homme et sa nature, sa filiation, son devenir, épaississons cette soupe infâme de sentimentalité, épiçons-la de sexe et de plaisir fraudés voilà leur liberté toute intestine, toute infestée et recuite, bon appétit !

Nous n'avons plus rien à leur répondre, ils ne sont plus nos frères, ils le proclament eux-mêmes, tout est changé, pères, mères, fils et filles, frères et sœurs, homme et femme rien n'existe plus, il n'y a plus que des orphelins anonymes et dispersés sur lesquels ils pourront demain régner à leur main et changer la vie... en plomb. 

 

Non ! Non ! Non !

Nous nous réclamons nous, nous nous réclamerons toujours et à jamais du père, depuis cette chaire démantelée en cette église détruite, du plus haut de la France donc je vous le dis solennellement le temps n'est plus à protester, à se laisser encager dans de fausses tolérances et de vrais erreurs, à parlementer dans leur langue falsifiée et quand sur le chemin de la maison surgit un chien enragé, le lâche pense seulement à lui, regarde l'autre rive, se déroute jusque dans les marécages où il périra déshonoré, sali, noyé en croyant se sauver quand le brave dans le souci de son honneur, de son foyer et du devenir des siens garde sa route tire l'épée et l'affronte, je vous l'annonce mes enfants il n'y aura cette fois nul fleuve à traverser, vous êtes ici chez vous, juste un ultime pont à défendre, restez mes chers enfants sur la rive de l'homme, Dieu combattra avec vous et lui seul vous donnera la victoire ! »

 

Publié par urbane à 03:57:55 dans / Homélie du père Jean-Baptiste premier curé de la paroisse en l'église fantôme saint Jacques d'Abbeville | Commentaires (0) |

La rubrique sexo-petassing du mois spéciale mariage homo | 01 mai 2013

 

La rubrique sexo-petassing du mois spéciale enculés

 

 

Edito :

Le beau nom d'enculé... par Anny Kunne-Debaze

 

Alors que les actes homophobes se multiplient, nous revient devant les yeux cette image atroce d'un CRS gazant un landeau dans lequel se trouvait le petit Jean-Marcel 18 mois dit Zoupéte futur présentateur météo homosexuel de la tévé d'état, nous sômmes témoins tous les jours de faits de plus en plus ignobles, encore ce matin, là où je prends ma baguette chez Jean-chou et Charles-Hub(ert) (Jean-Chou & Charles-Hub 69 rue Raymond Poulidor dans le V°) le pauvre Jean-Chou en pleurs parce qu'un client homophobe ne lui avait pas dit merci à genoux et avait même aigrement lâché un : « Quoi c'est tout !!! » après que le cher Jean-Chou lui eut rendu sa monnaie (16 cent sur 20 teuros leurs baguettes sont à 19,84 € c'est peut-être un peu cher mais elles sont cuites à point et parfaitement lubrifiées!).

Nous n'oublions pas que nous autres pétasses d'active prenons toute notre part chaque jour au combat historique et glorieux, ce beau rêve de belle-mère qui fait peu à peu des gaulois queutards et indociles des broutards impuissants, radarisés, infantilisés, non fumeurs, trieurs de déchets ménagers et qui permettra, Ô aube radieuse, à quelques closed queens permanents du PS (le glorieux parti aux 150000 enculés) d'endosser enfin la robe de mariage de maman sur laquelle ils ont tellement rêvé dans leur enfance.

Nous croyons comme l'a dit notre ministre du gaz que: « L'homosexualité est le fondement mâme de la république ! » (« Sans doute pourquoi Marianne a tellement mal au cul ! » S'est permis de dire un répugnant député homophobe !) et nous clamons avec le poête le beau nom d'enculé qui devra demain dans une perspective transgenre remplacer dans notre vie quotidienne les vieux titres sexués de Monsieur et Madame. « Enculé le président de la République » est-ce que cela ne sonne pas magnifiquement ? Tout un programme en somme.

 

Le « outing » de Marcel H. par Jean-Plaude Klul

aux éditions de la Différence 17 teuros

 

Le sujet est scabreux, on a du mal à imaginer une telle perversion (comment peut-on avoir quelque attirance pour les pétasses actuelles?) mais nous devons aborder par honnêteté le thème sensible de l'hétérosexualité. Jean-Plaude Klul se montre sincère dans ce roman-confession. Plutôt que de stigmatiser essayons de comprendre, ce livre nous y aide en nous mettant dans la tête d'un homme malade mais qui souffre de sa différence qu'il ressent très tôt, dés l'enfance, il ne rêve alors que de devenir chauffeur routier, mais sa mère qui veut à tout prix « un fils normal » décide d'en faire un danseur classique et de le faire entrer à l'Opéra de Paris. Il raconte comment il est obligé de se cacher pour saucissonner, regarder des matchs de foutebol et des magazines de gazesses à poils ou boire des mousses avec les machinos de l'Opéra, cette addiction pèsera lourd dans la poursuite de sa carrière. Rejeté, obèse, victime de l'intolérance de ses camarades de classe qui le traitent de gros porc homophobe et vont jusqu'à chier dans son tutu pour l'alourdir encore un peu plus, ils finiront par le balancer dans le décors après qu'il eut pété en scène dans le final de « Casse-noisettes ». Blessé dans sa chair, il s'est fait une inversion de couilles celle de droite est partie à gauche et la gauche à droite, condamné à loucher du bas toute sa vie, il se retrouve toujours à l'instigation de sa mère qui ne veut rien voir de la véritable nature de son fils dans le milieu de l'édition chez Gallimion et Flaminard où ses penchants sont tout de suite très mal perçus, surpris plusieurs fois à draguer des auteuses maisons lesbiennes, le drame arrive lorsque lors d'un cocktail littéraire chez Lipp, en état d'ébriété avancé il violente Pierre Bergé qu'il avait pris pour la dame pipi. Chassé il réussit à être introduit (enfin!) grâce à sa mère (et à Pierre Bergé reconnaissant) à la météo sur une chaîne de tévé nationale mais il en est très vite renvoyé après qu'il eut refusé les avances de son chef de service et caché la gaine d’Évelyne Dhéliat.

Il décide de rompre alors avec sa famille, erre le long des nationales à moitié clochard se laisse aller à ses penchants coupables en conduisant des camionnettes de livraison volées et c'est dans un relais routier où il a commandé le plat du jour plus la serveuse qu'il rencontrera (sur la serveuse) un routier bulgare qui l'engagera et grâce à qui il trouvera une sorte de rédemption alcoolisée et routière. Aujourd'hui comme son personnage de Marcel H. Jean-Plaude assume sa différence, il est marié (avec une femme, non ne riez pas !) il a trois enfants et il est transporteur routier, respectons ses choix de vie même s'ils peuvent nous apparaître au premier abord comme révoltants de perversité et simplement amoraux.

 

 

La recette allégée du jour de Julie l'anorexique :

La raie au salami transgenre avec Jean-Pierre Taincon de la Gerbouillade à Mézy-le-Preux

 

-Cher Jean-Pierre aujourd'hui une recette transgenre allégée ?

-'xactement comme vous dites, la raie au salami... Vous avez amené la raie moi j'ai apporté le salami, y a plus qu'à déballer le matériel? Kof ! Kof !

-Je vous en prie Jean-Pierre, restez correct.

-Non je rigole quoi... Bon d'habitude la raie ça se cuisine au beurre noir mais pour vous les parisiens et vu la tendance générale de ces messieurs-dames j'ai décidé de remplacer le beurre noir par de la vaseline pour rester dans le ton, 'con !

-Vous tenez des propos homophobes Jean-Pierre

- Et quoi merde quoi ch'uis pas homophobe, je veux bien me marier avec un homme mais pas avec un pédé c'est tout.

-Arrêtez Jean-Pierre c'est une horreur on va se faire interdire... euh revenons à notre recette, je ne vois pas bien où l'on met le salami ?

-Béh on le fourre dans la raie bien profond mais avant... on met... une capote...

-Au salami ?

-C'est de la raie des sables, ça monte avec n'importe quel plagiste, s'agit pas que l'ami rital se choppe une mycose ... là on ajoute juste ce qu'il faut de vaseline et on enfourne...

-Vous avez bu Jean-Pierre?

-T'jours... quand je viens à Paris, sinon je tiens pas deux minutes avant d'ouvrir le feu sur les poussettes... merde il bande plus...

-Qui ?

-Béh le salami !

-De fait il est bien mou...

-'va falloir le chauffer dans votre petit four ma petite Julie... Il est toujours aussi chaud votre petit fourneau ?

-Euh non... Bon en attendant... soyez sage Jean-Pierre... vous pourriez nous présentez autre chose une recette d'oeuf au plat queer par exemple...

-C'est ça et pourquoi pas le Koughelof hémorroïdaire ou le hot-dog bi: deux saucisses mais une seule rondelle de tomate... je vais vous faire plutôt une bonne vieille recette hétéro: la dinde fourrée à la parisienne à la mode d'antan!

-Mais... mais qu'est-ce que vous faîtes Jean-Pierre... rentrez tout de suite ça !

-Je vais vous le rentrer moi, 'z'inquiétez pas...

-Jean-Pierre, non il y a du monde... Aaaaaah Jean-Pierre vous êtes fou! Non gardez vos chaussettes et votre toque ça m'excite... !

 

 

Le courrier des lecteuses :

François Qui ? Notre actuel président de la République nous a écrit pour nous soutenir dans notre combat et il ajoute à ses encouragements : « … je profite de l'occasion, chère tante Anny, pour vous demander conseil pour un ami qui a passé sa vie jusque-là à sauter des connes pas possibles qui lui ont pourri la vie, fait des mômes puants et coûté un max de blé alors voilà je... enfin mon ami voudrait faire pédé, c'est tendance, ça rapporte un max pour ce qui est combines et coups de piston y a pas mieux, et mon rêve... enfin le rêve de mon ami ça a toujours été depuis tout môme de présenter la météo à la tévé et comme pour ça il faut être soit hypra-conne (tiens ça me donne une idée je pourrais peut-être y reclasser la Ségolène qui me casse bien les couilles en ce moment ?...) soit pédé-moyen... alors voilà je... enfin mon ami voudrait savoir si ça fait mal, j'veux dire la première fois ? »

 

La réponse de tante Anny :

Cher François c'est une question d'habitude, nous te conseillons dans un premier temps d'arrêter de mettre des doigts au français et de penser un peu à toi, très vite tu y prendras du plaisir autant que les conscitoyensenculés qui t'ont élus et nul doute que comme eux tu finiras avec la main entière et bien profond.

 

 

Publié par urbane à 06:13:33 dans / La rubrique sexo-petassing d'Urbane Tattack | Commentaires (0) |

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ... 51 | 52 | >>

Tell a Friend

SocialTwist Tell-a-Friend

traducteur en ligne

oups

Bandeau pub Lurbaine second

<A href="http://www.blogarama.com/"><IMG src="http://www.blogarama.com/images/button.gif" border="0" alt="blogarama - the blog directory" title="blogarama - the blog directory"></A>ogorama

blogarama - the blog directory

Bandeau Noveling Press second

Diggons

Mon profil sur Diggons.com

Rechercher

Luna

K und K

Blog Impur

    Lurbaine infocom

    Tags

       A.Sottos   Al Qaïda à Bagnolet Islamique TM.   Angelina Jolie complètement nue   Chronique du Conquennat   Crif   Ein Koudpiéoku ! The WreckBlog   Ein Volk   Eric Worth   François qui président   Fumiganza   Gross Paris Plage   H.T.Fumiganza   Humouritude   Interview du webmaster de http://urbanetattack.blogg.org lurbaine des arts éditeur   La Pinouillette super star!   La dernière lettre de votre petit Guy... urbane tattack l'urbaine des arts editeur humouritude et décoloration Guy Hocquet   La sextape de Christine Boutin et Jean-Louis Boorla (extraits). Urbane Tattack Humour et décoloration L'urbaine des Arts Editions   Le Blog Epave   Le dernier des... permanents!   Loft Benayak urbane tattack humour et décoloration L'UrbaineDesArtsEditions   Nordnmark one point   Nordnmark one point ! Journal intîme du prince consort Raoultkë de Nordnmark by H.T.Fumiganza   Nordnmark one point ! Journal intîme du prince consort Raoultkë de Nordnmark by H.T.Fumiganza 20... urbane tattack Paris-Match   Nordnmark one point ! Journal intîme du prince consort Raoultkë de Nordnmark by H.T.Fumiganza 42... urbane tattack   Nordnmark one point!   Nordnmark one point! H.T.Fumiganza   Nordnmark one point! by H.T.Fumiganza L'Urbaine des Arts Editeur Urbane Tattack roman feuilleton sur urbane tattack   Nécrologie de Nicolas sarkozy   PS le parti des enculés   Raoultke de Nordnmark journal intîme humour H.T.Fumiganza urbane Tattack L'UrbaineDesArts Editions Paris Seine & France   Raoultkë de Nordnmark prince consort roman humoristique bt H.T.Fumiganza feuilleton Urbane Tattack Nordnmark one point ! humour et décoloartion   Sarko nécro   Strategical closeed!   The Wreck-Blog   The Wreck-Blog humour   Urbane Tattack blog   Urbane tattack   Urbane tattack blog homophobe   UrbaneTattack réveillon chez les régressifs Lofti Benayak   VEHM   Votez beige! Journal de la France de pendant par François F. soumis   best seller   blog humour   closet   divin meublé   ebook   exclusivité   famous classic   feuilleton   feuilletons   feuilletons contemporains   france   france identité nationale minarets burka laïcité débat éric besson nicolas sarkozy république républicain français   french novel   grand prix simone veil de la famille française   humour   humour bd dessin bokt fauteuil chat céréals star wars guerre des étoiles berceau   humour bd festival   humour et course à pied   humour et décoloration   humour feuilleton urbane-tattack blogg.org h.t.fumiganza lurbaine des arts éditions nordnmark one point journal intîme prince consoert raoultkë de Nordnmark   j.p.chassavagne   jean pirre chassavagne   journal de la France de pendant par François F... soumis   l'urbaine des arts   l'urbaine des arts editeur   l'urbaine des arts éditeur humour et décoloration   l'urbaine des arts éditions   l'urbainedesarts editions lofti benayak   la rubrique sexo-petassing   le Point   le blog épave   lofti benayak   lofti benayak homophobe   lofti benayak urbane tattack   lurbaine   lurbaine ebooks   lurbaine revue humour   lurbaine.net   mon infernal féminin   nain de cirque   nordnmark one point! h.t.fumiganza web feuilleton   noveling Lofti Benayak humour Lurbaine Urbane Tattack Le clochard dans la bac à sable.   nécro nicolas sarkozy sur urbane tattack   nécro sarkozy   nécrologie Nicolas Sarkozy   paris   proclamation   pélerinage   revue   scandale   urbane tattack Lofti Benayak   urbane tattack humour l'urbaine des arts editeur   urnbane tattack   vider   web feuilletons   web-feuilletons   webfeuilletons   émeutes à Paris  

    Lurbaine chat